Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
familles-d-ames.overblog.com

familles-d-ames.overblog.com

Rencontres avec les Familles d'Âmes

Publié par Catherine Marquette
La Famille d'Âmes des Chamanes

La famille des Chamanes est particulière, contrairement aux autres familles, son manteau de lumière n'a pas de forme reconnaissable, de prime abord : leurs fils de lumière sont parcourus par un courant électrique, qui court et brille dans tous les sens. De ce fait, elle me devient reconnaissable par cette spécificité: ne pas présenter de forme régulière. Quand je la dessine cela me donne l'impression d'une énergie électrique à haute tension (waouh, quelle énergie ! ), qui étincelle en permanence, jour et nuit. Les limites de leur corps énergétique sont changeantes, malléables et extensibles. C'est sans doute par ses fils de courant souples, et par leur faculté à se brancher par des “prises”, que les chamanes sont énergétiquement reliés à ce que l'on nomme les “différents” règnes, mais qui pour eux, ne sont pas différents de ce qu'ils sont. En effet, ils font corps avec la matière et la conscience de la Terre, et avec tout ce qui vit.

En cette période, où nous retrouvons notre lien essentiel avec la Nature, nombreux d'entre nous sentons l'appel du chamanisme ou cheminons sur cette voie. Certains se sentent chamane depuis leur enfance, d'autres ont réveillé, plus tardivement, le chamane qui était endormi en eux. On ne devient pas chamane, on est Chamane en essence. Ce qui se développe c'est la maîtrise de cet état et de sa pratique. Il y a une différence entre être chamane de la famille d'âmes des Chamanes et avoir des dons chamaniques. Dans ma compréhension, sans appartenir à cette famille, nous pouvons retrouver des facultés chamaniques, héritées de nos anciennes mémoires communes de peuple de la Terre.

La Famille d'Âmes des Chamanes

Récit de notre rencontre avec l'énergie des Chamanes

Pour nous relier à la famille d'âmes des Chamanes, avec Hervé, nous avions choisi d'être en extérieur, alors que la majorité des canalisations ont eu lieu à l'intérieur, en l'occurence dans mon atelier à Versailles, qui était“consacré” aux rencontres d'âmes. Nous nous sommes retrouvés au Parc de Sceaux, assis dans l'herbe, au pied d'un grand arbre, au bord du bassin. Il faisait beau, c'était fort agréable d'être dehors. Ensemble, nous nous sommes mis en état de réceptivité, puis les mots ont commencé à venir, par bribes de phrases, dictés par Hervé, en provenance de sa famille d'âmes :

Ce sont ceux qui s’ancrent à la Terre, qui s’enracinent. Ils deviennent l’esprit des racines, ils font corps avec elles, ainsi ils ressentent la Terre et tous les règnes: minéral, végétal, animal. Ils sont en télépathie avec ces règnes. Ils font partie de cette communauté.”

Vivre ensemble, c’est écouter et ressentir ensemble.”
“Ils ont la faculté d’être conscients du temps et de l’espace au-delà des mots, en étant connectés à toutes cho
ses.”

Leur rôle est de d’écouter et de répondre; si pas de question, pas de réponse”.
A ce moment là, Hervé s'est arrêté de parler. Une carpe a fait un saut dans l'eau du bassin. Il a repris la parole pour me confier qu'il venait d'avoir la sensation d’être une carpe, qui nage parmi les plantes et la vase. Il a traduit le message qui venait de lui être transmis par l'intermédiaire de la carpe, connue pour être muette, par ces phrases: “faire ce qui est juste en fonction de qui l’on est. La carpe n’essaie pas de régner sur le bassin. Elle passe l’information, elle sait et elle entend, même sans parler”. Sans dire mot, la carpe nous parlait de la justesse de trouver sa place.

Hervé a continué à laisser couler les mots.

Le chamane est naturellement en contact avec les éléments, il peut rétablir les chaînons manquants, les passages entre ces éléments et les humains.”

La rencontre avec l'énergie du Chamane se fait dans un rapport de face à face. Oser être face à l’indicible, être face au soleil sans lunettes, face à ce par quoi j’accepte d’être ébloui. La clef est dans l’acceptation. Il donne la capacité de rentrer en soi et de voir la lumière dans le noir ou l‘ombre dans la lumière.”
“Lenteur dans les choses ou de la brusquerie. L'ambivalence du chamane est à l’image de la nature. Les paroles peuvent être abruptes, avec de l’attention et de la brusquerie à la f
ois.

Son rapport avec la nature est comme le bon sens agricole: faire ce qui est juste au bon moment.”

Nous prenons un temps de pause pour mieux ressentir l'énergie qui nous traverse. Hervé la décrit comme fortément ancrée, pour faire corps, donner de la matière, de la consistance. Elle offre de nombreuses facultés: capacité de nouvelles routes, de nouveaux choix, capacité de créer des ponts, capacité d’ouvrir son coeur et de sentir que tout est là - après il n’y a plus qu’à tendre les bras et à recevoir.


“ Le chamane réaccorde les alliances rompues, les ponts d’énergie. C’est un artisan de la Vie.” “Comme un horloger il replace les pièces avec précision, comme un ferronnier, il redresse ce qui a besoin de l’être. Il prend soin de rétablir la place d’une personne ou d’un être dans l’équilibre de la chaîne. Par exemple, il va soigner un animal pour éviter qu’il ne contamine l’eau et les autres animaux. Il maintient l’équilibre de l’écosystème et aide à reprendre conscience de la place de l’homme au sein de cet écosystème.”
“C’est un artisan de paix de la Nat
ure.”

La teneur des messages se met à changer, elle passe de la description à la 3ème personne à l'interpellation à la deuxième personne:
« Dans la profondeur trouve ta place, crée l’espace, crée le temps qui est nécessaire pour trouver ta place et prends là. Ce travail t’appartient et à toi seul. »
« Ecoute souffler l’air qui est en toi »
“ Prends contact avec toi-même, à l’intérieur, pour être plus conscient de ce qui est aussi à l’intérieur de l’autre: je suis connecté à moi pour être connecté à toi”.
“Ecoute le silence, y compris dans le bruit, où que
tu sois.”

Le dernier message est un conseil pour trouver les rituels, qui nous conviennent, pour ouvrir sa porte intérieure, soit par le chant, la danse, la transe, la méditation, ou tout autre façon de faire le vide pour faire le plein. Pour finir la rencontre, une proposition de pratique nous est transmise en ces termes:


“Prendre le temps d’enfoncer les pieds dans la Terre, comme si on s’ensablait.
Prendre racine comme un arbre, ou si l’on est dans l’eau, se sentir comme un rocher dans l’eau.
Se relier à l’espèce que l’on souhaite: oser être la carpe ou ressentir la sève de
l’arbre.

Prendre conscience de la matière et de l’esprit qui l’habite.”

La Famille d'Âmes des Chamanes

Récit de rêves

La nuit qui a suivi la retranscription de mes notes manuscrites, quelques jours après cette connexion, j’ai fait deux rêves:
Dans le premier, j’apprenais à faire de sons avec des personnes et je répétais avec eux le son O.
Dans le second, je n'avais pas l'impresion de dormir vraiment. J'étais en train de participer à des cérémonies de guérison pour la terre, en Ardèche, et en même temps j’avais la sensation physique d'être dans mon lit, à Buc.

Ces songes soulignent l’importance des sons : les chamanes les utilisent pour se relier à la Terre et aux éléments, ainsi que pour faire des soins.

Le premier rêve faisait référence à une pratique que j'ai apprise lors de mon enseignement en Kototama (“sons- âme”, littéralement, en japonais), où nous nous relions aux 7 directions avec le chant des voyelles- qui sont les “sons-mère”. Le O est le son de la rondeur, il est relié au ventre, il est aussi en correspondance avec la direction du nord. Par la suite, j'ai retrouvé le salut aux 7 directions dans de nombreuses cérémonies chamaniques, sous différentes formes (chants, danse), mais avec la même intention de reliance. A titre personnel, ce songe sonore me rappelait que ce chant des voyelles, tout simple, est important pour moi, et que c'est mon outil de reliance privilégié. J'aime beaucoup cette pratique, issue de la Voie du Son japonaise (Onsei-do) qui me procure à la fois bien-être, sérénité et équilibre.

Quant au deuxième rêve, qui me paraissait presque réel, (mais qu'est ce que le rêve, qu'est-ce que la réalité ?) il me montrait, en expérimentant ce don d'ubiquité, la capacité des chamanes d’être et d'agir en plusieurs endroits à la fois, pour guérir les lieux qui en ont besoin. Cet état d'être en deux endroits à la fois, est étrange et peu aisé à décrire. Je l'avais déjà vécu pendant plusieurs mois, suite à la venue d'une consultante, à mon atelier de Versailles. Lorsqu'elle a appelé sa Famille d'âmes, ils se sont présentés dans sa vision sous la forme humaine d'amérindiens vêtus de blanc. Elle les voyait chanter, danser, rire, partager la pipe sacré...Après son départ, à ma grande surprise, ces amérindiens sont restés avec moi ! Je pouvais les sentir et les voir mentalement. Habituellement, une fois la séance terminée, je quitte l'état de communion avec l'énergie de la personne pour réintégrer mes propres corps subtils. Cette fois-ci, c'était différent: ces êtres m'accompagnaient et le plus inattendu est que je me trouvais en même temps, avec eux dans leur monde. J'apprenais à toute la tribu mes danses à la grande joie de tous, ils s'amusaient avec moi comme des enfants! C'était effectivement amusant, cependant pas très confortable à vivre, je ne savais plus comment me situer, ni me déterminer. Il m'était peu aisé d'en parler; comment partager cette expérience hors norme, limite "borderline" ? Ce dédoublement s'est terminé graduellement, me laissant soulagée de me retrouver entière en un seul endroit. Toutefois, il m'est resté un goût de nostalgie pour ces danses partagées avec mes frères de cet autre monde, ainsi qu'un fond de tristesse en souvenir de ces fêtes célébrées sur la Terre, il y a fort longtemps.

Quelques mois après cette belle journée au Parc de Sceaux, je quittais la région parisienne et déménageais pour l'Ardèche, avec ses coins naturels magnifiques encore sauvages. C'est sur cette terre que j'ai participé à mes premières célébrations en plein air, à danser pied nu, autour du feu crépitant, ou à chanter sous la lumière d'argent de la pleine lune, au pied de la cascade. C'est là, que la rencontre profonde avec ma chamane intérieure a commencé. Le début d'un chemin, qu'il me plaira de vous conter...